Le kiné-masseur qui a acquis une certaine expérience peut devenir libéral. Se lancer en tant qu’auto-entrepreneur ne se fait pas du jour au lendemain. Le praticien doit effectuer certaines démarches qui faciliteront son installation. Le succès de son activité ne repose pas sur ses seules compétences. Le praticien devra mettre au point une stratégie pour accélérer son implantation. Voici quelques astuces à suivre pour mener à bien ce projet.

Enregistrez-vous auprès des institutions compétentes

Pour pouvoir exercer, l’ostéopathe doit être inscrit auprès de diverses institutions. Les démarches administratives doivent donc être réalisées avant la conception de la plaque kiné – Masseur kinésithérapeute. Le praticien doit être inscrit auprès du Conseil de l’Ordre de son département d’exercice. Cette démarche lui donne accès à son identifiant RPPS en tant que praticien libéral. Le numéro est fourni avec un caducée et une carte professionnelle de santé.

Il aura également besoin d’être enregistré auprès de l’Assurance Maladie. L’enregistrement est à effectuer dès les premiers jours d’exercice. Ces formalités seront complétées par une inscription à la Caisse Autonome des Retraites et Prévoyance des infirmiers, des Masseurs-Kinésithérapeutes, des pédicures-podologues, des orthophonistes et des orthoptistes. Le contrat d’assurance sera soutenu par une assurance de responsabilité civile professionnelle.

Choisissez une zone d’implantation

La zone d’implantation sera choisie en fonction des défis que l’ostéopathe souhaite relever. Dans les zones urbaines, les coûts d’installation sont onéreux. Les conventionnements sont souvent conditionnés et la concurrence n’est jamais très loin.

En France, les professionnels de la santé sont encouragés à s’installer dans des zones peu fréquentées. Les kinés-masseurs installés dans des zones urbaines bénéficient d’une subvention de l’État. Suivant la zone d’implantation, l’aide forfaitaire peut être doublée d’une prise en charge des cotisations sociales.

Définissez un statut qui correspond à votre activité

Le kiné-masseur a plusieurs possibilités. La première est de s’installer en tant que micro-entreprise. Ce statut sera à privilégier pour le praticien débutant. La simplicité du régime facilite aussi bien la création de l’entreprise que sa gestion. La micro-entreprise peut opter pour un statut individuel à responsabilité limitée.

La seconde option consiste à prendre le statut d’entreprise individuelle ou d’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée. Cette dernière alternative lui permet d’élargir ses activités par la suite. Après avoir choisi son statut juridique, le praticien s’enregistrera au Centre de Formalités des Entreprises.

Établissez l’identité de votre cabinet

L’identité du cabinet est la première chose que le public retiendra. Elle renseigne sur le profil du praticien, son niveau d’études, ses principes et sa spécialisation. Cette identité définit aussi la qualité d’expérience à laquelle le patient peut s’attendre. Elle déterminera aussi les détails que le kiné-masseur apposera sur ses supports de communication.

Une plaque professionnelle pour se faire connaître

Le praticien veillera ainsi à soigner sa présentation auprès du public. Dans cette idée, il choisira des plaques professionnelles qui correspondent à son image. Un panneau en laiton poli miroir est généralement bien vu par la patientèle. Elle laisse entrevoir une image performante, haut de gamme, de confiance.

Le kiné-masseur pourra toutefois opter pour des alternatives moins coûteuses. Des plaques professionnelles en PVC représenteront une moindre dépense pour un cabinet qui vient d’ouvrir. Si son budget le lui permet, il pourra également se tourner vers un panneau en aluminium ou en plexiglas avec gravure. Ces types de signalétique lui seront recommandés s’il désire s’éloigner de la classique plaque professionnelle.

La carte de visite et le site web du kiné-masseur indépendant

En plus de ses plaques, le kiné-masseur aura besoin de cartes de visite. L’imprimé reprend l’essentiel des informations apposées sur la plaque. Pour l’auto entrepreneur, la carte de visite reste le moyen le plus efficace de partager des informations. Ses cartes de visite lui permettront de distribuer son contact auprès des pharmacies locales ou des établissements médicaux. Elles seront facilement distribuées par des clients satisfaits de ses services.

Le site web, associé à des pages sur les réseaux sociaux, contribuera aussi à faire connaître le praticien. Son activité sur internet servira d’abord à démontrer son niveau d’expertise à travers des contenus informatifs. Cette approche lui permettra de devenir une référence dans sa localité. Le kiné-masseur pourra miser sur son référencement naturel pour développer son affaire. Ses méthodes de communication devront toutefois se conformer aux restrictions relatives à sa déontologie.

En conclusion

Le kiné-masseur qui souhaite devenir auto entrepreneur doit choisir une identité. Ce choix déterminera ensuite son statut juridique et ses moyens de communication. Pour réussir dans son entreprise, il devra aussi valoriser l’expérience qu’il offre en cabinet. Les moyens dont il usera pour se faire connaître seront aussi importants que les garanties auxquelles il souscrit. En respectant chaque étape du processus, le kiné-masseur mettra toutes les chances de son côté pour débuter en tant qu’auto-entrepreneur.